Lupovet et le B.A.R.F. / B.A.P.F.

B.A.R.F. signifie Biologically Appropriate Raw Food
Ces termes nous viennent des USA et signifiaient au départ « Born Again … Raw Food », que l’on pourrait traduire par « renaissance des ingrédients » puis Bones And Raw Food (os et ingrédients crus). En Allemagne, cette méthode d’alimentation a été finalement traduite par « des ingrédients crus adaptés à l’animal »
Nous avons caractérisé ce concept de « Biologically Appropriate Pressed Food » (aliments biologiques appropriés pressés – BAPF) pour exposer d’une part la proximité d’approvisionnement des ingrédients et d’autre part les avantages hygiéniques.

Le BARF éprouvé - le concept avec la structure de blanc d'oeuf et de protéine sain ...
Pratique ET biologiquement sans défaut...

Avantages du concept du BARF chez LUPOVET : examens biochimiques de protéine
Comparaisons de la matière première jusqu’au produit fini

Des statistiques vétérinaires de plusieurs décennies démontrent l’augmentation de la sensibilité de la peau et/ou des intestins chez nos chiens familiers. Pourquoi ??

Pour comprendre, chers visiteurs, quels rapports spécialisés sont à prendre en considération, cet accroissement de sensibilité comme causale : Dans chaque repas, les protéines ingérées sont plus ou moins étrangères au corps du chien, ce qui provoque une « inflammation normale » modérée. Ceci est augmenté par le fait que dans la nature, il faut plus d’efforts physiques, et donc de réactions chimiques internes, qui ne sont pas mesurables pas des analyses bio-chimiques. Le procédé « Aqua-Press » minimise ces effets.

Nous pouvons, avec les usages indirects de sérologie des patients médicaux, les raisons conditionnées par le fourrage à la peau toujours périodique et problèmes intestinaux tenter de prouver les raisons qui provoquent des soucis dermatologiques périodiques et des problèmes intestinaux qui peuvent devenir chroniques.

En outre, on peut le faire au moyen de la comparaison biochimique des structures de protéine /-taille avant et après la transformation finale. Avec cela un procédé objectif pour des changements de protéine représente et autres le SDS-PolyAcrylamidGelElektrophorese
Ce document démontre clairement que par cette méthode, la protéine n’évolue pas avec le procédé Aqua-Press de LUPOVET. Avec ce procédé, il n’est plus nécessaire au corps de développer les défenses immunitaires : le corps est moins irrité. Ainsi, les intestins et la peau sont fondamentalement stabilisés.

Concernant les effets allergènes, la qualité des ingrédients (plantes) donne des résultats rassurants, encourageants qui confirment nos expériences cliniques positives avec une méthode reconnue scientifiquement. D’autres expériences doivent spécifier cette énonciation fondamentale.

Avantages du B.A.R.F.

La bonne impression de donner « le meilleur » à son chien
Avoir la connaissance précise sur la composition des aliments
Un peu digeste, qui entraîne moins de crottes, du moins si des glucides cuits ou ouverts figurent dans la composition de l’aliment
Amélioration du pelage et stabilisation de la flore gastrique et intestinale
Le caractère naturel des ingrédients

Inconvénients du BARF

La composition précise de la ration quotidienne est très complexe et difficile à réaliser Danger de carences en minéraux, vitamines, oligo-éléments qui peuvent accentuer ou développer certaines pathologies Les os donnés au chien peuvent provoquer des blessures (fractures de dents, estomac percé, blessure de l’intestin),voire râper le fond de la langue ou boucher le gosier

Risques infectieux
Parasites (ténias, trichines, protozoaires) Virus (herpès Aujeszky par l’ingestion de viandes de porc cru) Bactéries (salmonelles par l’ingestion de viandes de volailles, listeria, E.Coli, etc.) Pas de stockage au froid : le gel ne tue pas les pathogênes

Finalement, BARF ou pas ?

En tous cas, avant de mettre en place une alimentation BARF, il faut une prise de sang pour voir s’il n’y pas des prédispositions à certaines maladies et quel est l’équilibre dans l’adaptation des ingrédients. Cela pour bien évaluer les besoins de votre chien dans son alimentation au quotidien pour qu’il reste en bonne santé plus longtemps.

Le chat par exemple a des prédispositions à l’hyperthyroïdie, qui peut être accentuée par une alimentation mal adaptée.

Par exemple, si le chiot a des soucis de développement des os (HD – OCD), cela peut être la conséquence d’un manque ou d’une mauvaise assimilation du calcium ou du phosphore et les dosages devront être adaptés.

Risques infectieux
Le risque d’une infection liée au BARF est d’abord chez le chien nourri, puis chez la personne qui a préparé la ration si elle est contaminée ou en contact avec le chien nourri au BARF
Par risque d’infection bactérienne, on entend la salmonellose. Le chien peut en être atteint sans tomber malade, mais cela ne diminue pas le risque pour l’humain. Une étude de JOFFE de 2002 montre 80 % des rations de viandes et 30 % des aliments pour chiens étaient positifs à l’infection par les salmonelles. Ces éléments pathogènes sont assez résistants entre 10°C et 50°C et doivent être plus de 10 minutes exposés à une température supérieure à 70°C pour être tués. C’est pourquoi les chiens et les chiens sous traitement ne doivent pas être nourris au BARF s’ils sont en contact avec des personnes fragiles (jeune enfant, femme enceinte), puisque même si le chien n’a aucun symptôme lié à la salmonellose, l’humain peut la contracter.
Un parasite connu chez le chat est la toxoplasmose. Le chat en est porteur, mais ne contracte pas la maladie. Par contre, les humains peuvent la contracter.

Risques de blessures
Le fait de manger des os peut provoquer des blessures au chien (fracture d’une dent, gosier bouché ou blessures intestinales)

Risques liés au sur- ou sous-dosage des minéraux, vitamines et oligo-éléments
Le risque d’un mauvais équilibrage des substances nutritives est également un aspect très important dans le BARF
Exemple : l’approvisionnement en matière minérale chez le chiot est vital dans sa croissance et est avant tout le rapport Ca/P et et ses quantités. En moyenne, il est de 1.5 : 1. Le calcium est important pour la stabilité des os, la coagulation du sang et la contraction des muscles. Un manque de calcium mène des crampes, voire à l’ostéoporose. Un excédent d’hormone peut amener à l’ostéodystrophie. Mais trop de calcium peut aussi avoir des effets néfastes dans le développement osseux.

En résumé, on doit considérer d’un point de vue vétérinaire :
- Pour les chiens malades, le BARF n’est pas forcément recommandé : il est bon d’effectuer d’abord un examen clinique et une prise de sang pour évaluer cette possibilité
- Le BARF doit faire l’objet d’une préparation précise et détaillée pour éviter les carences ou surdosages en minéraux, vitamines, oligo-éléments et autres substances nutritives
- Le BARF devrait correspondre au mode d’alimentation du loup. Or, il n’y a plus de loup dans notre environnement. De plus, l’évolution du chien parmi les hommes depuis plus de 15 000 ans a provoqué la modification de 10 gênes pour lui permettre de mieux digérer certaines substances, comme les glucides.
- L’hygiène est vitale pour éviter les infections au chien, mais aussi aux humains !

Sylvie Ducret

Tél : 06.62.76.94.91

E-mail : contact@lupovet.fr

©2018 Lupovet - Réalisation MiD